Le racisme, est-ce vraiment fini ?

Je viens aujourd’hui avec un article qu’il n’est dans mes habitudes de publier, mais qui me tenait pourtant bien à cœur, un article société. Je ne souhaite en aucun cas faire une polémique avec ce sujet si sensible qu’est le racisme, mais je voulais vraiment vous partager mon point de vue aujourd’hui, avoir vos avis, vos retours, vos expériences personnelles aussi peut-être. Le racisme, est-ce vraiment fini ? C’est une question que je me pose beaucoup ces derniers jours, et que je me suis beaucoup posée chaque jour passant lorsque j’étais en métropole. Et je remets tout ça sur le tapis aujourd’hui après la grosse polémique qu’a faite l’histoire de Georges Floyd aux Etats-Unis.

Qu’est-il arrivé à Georges Floyd ?

Pour vous resituer, pour ceux qui peut-être n’auraient pas vu la vidéo pourtant massivement partagée et visionnée, laissez moi vous remettre rapidement dans le contexte. Geroges Floyd est un américain noir. Je n’étais pas sur place, mais d’après les témoignages relayés des gens présents à cette scène, pour absolument aucune raison, Georges Floyd a été interpellé en pleine rue par deux policiers (blancs, important de le préciser). L’un d’entre eux l’a violemment plaqué au sol, les mains dans le dos. Georges Floyd, n’ayant aucun moyen de se sortir de là, reste donc allongé par terre, avec le genou du policier lourdement posé sur son cou. Il n’y avait aucune raison d’être dans cette position, l’homme ne montrant aucun signe de violence. De simples menottes auraient fait l’affaire, pourtant…Il n’était pas armé, n’était pas violent, n’opposait aucune résistance, ne pouvait pas s’enfuir. Sur les vidéos qui passent, l’on entend Georges Floyd gémir, de plus en plus, implorant le policier d’enlever son genou de son cou, car il n’arrive pas à respirer. Cela dure huit longues minutes, pendant lesquelles ont entend la voix de plus en plus faiblissante du Monsieur. Puis, plus rien. Une ambulance arrive, l’embarque, et il décède sur le chemin menant à l’hôpital (ça, c’est ce qu’on raconte, il était peut-être déjà mort allongé par terre dans cette rue…).

Post Instagram d’un compte Américain

Ce genre d’histoire est, je dirais, monnaie courante aux Etats-Unis. On entend (trop) souvent ce genre d’événements. Toujours des policiers blancs, toujours des victimes noires. Au mieux, les policiers ayant commis le crime sont licenciés, au pire, il n’y aura jamais aucune suite à cela. Oui, j’emploie bien le mot crime, car sinon, c’est quoi d’autre ? Un crime, c’est un assassinat, un meurtre. Meurtre : action de tuer volontaire un être humain. C’est un combat qui avait longuement été mené par Barack Obama, lorsqu’il était président, mais comme quoi, ce n’est pas encore gagné. C’est aussi des choses que relaye Michelle Obama dans son Mémoire, Devenir : cette inégalité encore existante aux Etats-Unis, presque pas caché. Mais alors, pour quelle raison l’histoire de Georges Floyd me révolte tant, me demanderez-vous ?

Photo Instagram – Manifestations suite au décès de Georges Floyd

Le racisme depuis l’esclavage

Je vis et j’ai grandi à l’île de La Réunion. C’est une île multiculturelle, et très ouverte aux autres, surtout quand l’on compare à d’autres pays. De part notre histoire, il y a ici un mélange de religions, de couleurs, de nationalité, qui ne dérange personne. Nous avons connu l’esclavage. Enfin, nous, surtout nos ancêtres. L’esclavage n’a été aboli qu’en 1848, ce n’est vraiment pas si loin, quand on y pense. Moi-même, je suis noire, et moi même j’ai des ancêtres qui ont été esclaves. Ma Grand-Mère maternelle à des origines indiennes, ses grands-parents étaient eux-mêmes arrivés d’Inde à l’époque, sous le statut d’engagés. Oui, c’était des esclaves.

A l’école, on nous apprend l’histoire de La Réunion, avec un passage obligé par l’histoire de l’esclavage sur l’île. Etant moi-même noire, avec des ancêtres esclaves, c’est réellement un sujet qui me touche particulièrement. Quand on voit comment ils étaient traités, et à quel point ce n’était finalement rien d’autre que des animaux toujours plus rabaissés, on ne peut plus parler d’intégrité de l’Être-Humain. Les esclaves n’avaient aucun droit, vivaient littéralement pour assouvir les besoin de leurs maîtres, étaient battus et mal-traités. Une rue connue dans ma ville s’appelle « le chemin du Brûlé-Marron ». Les esclaves qui parvenaient à s’enfuir, partaient souvent dans la montagne, là où ils avaient le plus de chances de se cacher. Malheureusement, certains étaient retrouvés, et étaient tout bonnement brûlés. J’ai lu des tonnes de livres sur le sujet, et à chaque fois, je me demande comment est-ce qu’une telle chose à été possible ?

Source : Instagram

L’hypocrisie concernant le racisme Noir/Blanc

Et pourtant, aujourd’hui encore, en 2020, je trouve qu’il y a un racisme hypocrite. Laissez-moi m’expliquer. La société qui veut vous faire croire que ça n’existe plus, qu’aujourd’hui les Blancs et les Noirs vivent en paix (oui, mais!). Et pourtant, derrière cette belle image, il existe une toute autre réalité, que moi-même j’ai vu et vécu. Les fameux « non, moi je ne suis pas raciste, mais…« , le fameux « mais » qui signifie, à lui seul, tout. Disons que, bien entendu, par rapport à ce que c’était, il y a eu de gros, très gros progrès. Mais ça n’enlève pas, qu’il y a encore quelques soucis à gérer sur ce racisme noir/blanc. Tout comme toutes ces autres causes, qui sont aussi des problèmes qui méritent d’être soulevés et résolus : l’homophobie, l’inégalité hommes/femmes, le racisme envers les Espagnols, les Musulmans, et la liste peut être encore tellement longue.

J’ai déménagé en 2018 pour vivre en métropole. J’ai fait deux ans dans le sud de la France, une petite ville à 50 minutes de Montpellier. Je ne m’attendais absolument pas à subir du racisme vis-à-vis de ma couleur de peau, et pourtant, c’est bien ce qu’il s’est passé, et c’est tout, sauf normal. Comme quoi, il y encore quelque chose qui gêne, ou qui dérange parfois, lorsque certains blancs voient des noirs. Et ça, c’est une realité, que beaucoup de personnes refusent d’admettre. Je n’avais jamais auparavant vécu ce genres d’expériences, et c’est peut-être ce qui a rallumé ma flamme pour me battre contre ça.

J’ai travaillé pour une grosse entreprise, j’étais la seule personne de couleur de mon agence. Je n’avais pas remarqué cette particularité au départ, car pour moi être noire, n’est pas être différent. Mais j’ai vite eu l’impression d’être exotique. Très bien, jusque-là, il n’y a pas de quoi s’alarmer. Puis, ça a commencé : j’ai une personne qui est venue dans mon bureau, en me demandant de quel pays j’étais originaire. Sur le coup, j’ai été étonné, mais j’ai gentiment répondu « comme vous, Monsieur, je suis Française ». Il a insisté, en me demandant, « oui, mais parce que maintenant vous êtes mariée à un Français ? – « Non, Monsieur, je suis Française toute seule, et je viens de La Réunion« . Mes collègues me disaient de ne pas m’offusquer, que ce n’était qu’une question ridicule d’un Monsieur âgé qui était resté dans l’ancien temps. De remarque en remarque, passé un moment, on n’a moins de patience. Une dame une fois est entrée dans mon bureau, et à peine m’avait-elle dit bonjour, elle m’a juste vu et j’ai eu droit à un « Ma fille est allée en vacances en Guadeloupe, elle a adoré!« . En fait, être noire signifie forcément venir d’une île, ou d’ailleurs que de la métropole ? Je n’ai en plus jamais mis les pieds en Guadeloupe. A cette bonne femme, jamais l’idée que j’aurais peut-être pu être née dans la même ville qu’elle, sur le territoire métropolitain, ne lui a traversé l’esprit.

Les clients, quand je n’étais pas présente à l’agence, demandaient à mes collègues, pour parler de moi : « vous savez, hier, j’ai vu votre collègue, celle….la….vous savez, la…« . La Noire, en fait c’est le mot qu’ils n’osaient pas dire. Sinon, j’ai aussi un nom, mais je n’étais pas Mme Intel comme tous les autres. Là encore, mes collègues me disaient que comme ce n’était pas dit méchamment, il ne fallait pas mal le prendre. On m’appelait « Les Magic System ». On me demandait si « les gens comme moi pouvaient travailler dans ce genre d’endroit ? » – oui, je répondais- « alors donnez-moi un rendez-vous, mais pas avec vous« . C’était pour rigoler sans doute, ça aussi, et je ne devais pas mal le prendre, rappelons-le, inutile de se vexer pour si peu.

Puis, on a eu une réunion de secteur, et je me suis aperçue que j’étais vraisemblablement la seule et unique personne de couleur travaillant pour cette entreprise sur ce secteur. Et avec tout ce que j’avais vécu jusque-là, en fait, pour la première fois de mon existence, ma couleur de peau m’a fait me sentir différente de tous les autres autour de moi. Et ça, ce n’est pas normal. Que les grands-parents de mon chéri, blanc, lui explique que les blancs et les noirs ne doivent pas se mélanger, ce n’est pas normal non plus, c’est même grave. Que des amis aux grands-parents s’étonnent de voir à la télé passer des présentateurs de couleurs, c’est révoltant !

Pour autant, à chaque fois que je racontais ça autour de moi (mon entourage là-bas se limitait à mon chéri, mes collègues et mes beaux-parents, certes), tous me demandaient de ne pas mal le prendre, de ne pas me vexer pour si peu, de passer au-dessus de tous ça, que les personnes qui parlent comme ça sont bêtes, tout simplement. De ne pas me vexer pour si peu, donc. Si peu. Tout ça, c’est si peu ? Pourtant, ce sont des choses qui m’ont sincèrement blessée. Parce que je ne comprends pas qu’on puisse naturellement sortir ce genre de phrases et de réflexions. Et que tout ça paraisse tellement normal aux yeux de ceux qui ne sont pas et ne seront jamais touchés par cette forme de racisme, je trouvais ça aberrant, on ne peut que se sentir seule. Une fois, je veux bien ne pas me focaliser sur la remarque, mais là, ça a été régulièrement, pendant deux ans. Et Dieu sait, que je ne suis pas connue pour me froisser facilement, ou tout prendre au premier degré, mais certaines choses ne se disent pas. Personnellement, je ne me serais jamais permise, en face d’une autre personne, d’aller aussi loin dans mes propos.

Source : Instagram

Il faut arrêter de normaliser tout ça, il faut arrêter de laisser passer ce genre d’actes. Rien de tout cela n’est normal, et je regrette d’avoir eu un excès de politesse avec toutes les personnes que j’ai croisé, qui m’ont sorti une remarque odieuse par rapport à ma couleur de peau. Quand on voit les émeutes que l’histoire de Georges Floyd a crée aux Etats-Unis, on a bon espoir que tout cela sera dénoncé, que les policiers seront condamnés, que les choses avanceront. Tous, blancs, noirs, jaunes, verts, venus d’ici où d’ailleurs, qu’importe leurs religions, sont dans la rue. Et ça, c’est appréciable. L’histoire de Georges Floyd a été filmée, mais quand sera t-il des autres ? Quand est-il des précédentes ? Qu’en est-il des personnes qui normalisent le racisme ?

Encore une fois, je ne souhaite pas faire polémique avec cet article, simplement, mon cœur me disait de l’écrire. Et je n’ai aucune prétention de me comparer à Georges Floyd, qui lui, malheureusement, a connu une violence bien, bien pire et incomparable à moi. Je ne fais pas non plus cet article pour me victimiser, mais peut-être qu’il en existe d’autres, des comme moi, qui ont vécu, ou vivent encore actuellement ça, et à qui ça ferait du bien de savoir qu’ils/elles ne sont pas seul(e)s. Peut-être que beaucoup de personnes ouvriront davantage leurs yeux face à ce racisme caché, après avoir lu mon article, et alors j’aurais réussi, à toucher d’autres personnes en parlant de tolérance et d’ouverture d’esprit. Toutes vos réactions sont bonnes à prendre, je serais curieuse d’avoir votre avis sur tout cela, dans le respect et la bienveillance. Avez-vous déjà subi une forme de racisme ? Les choses doivent changer, tout le monde doit savoir la vérité.

Disclaimer : je ne mets bien-sûr pas tout le monde que j’ai croisé dans l’hexagone dans le même panier. J’ai eu des remarques désobligeantes avec quelques personnes, certes, mais fort heureusement aussi, j’ai rencontré d’autres personnes tellement adorables, que je n’oublierai jamais. Je ne veux pas catégoriser les gens par couleurs, je suis une personne tellement ouverte d’esprit et tolérante, sans jugement, mais ce que je vous raconte, est mon histoire. Je suis peut-être simplement sur des mauvaises personnes aux mauvais moments. Et au vu des événements récents, je trouvait que c’était l’occasion de dénoncer tout cela, et de dire, que l’amalgame arrive encore.

Mit Liebe, E.

Pour recevoir ma Newsletter mensuelle, n’hésitez pas à entrer votre adresse email ci-dessous !

Traitement en cours…
Terminé ! Vous figurez dans la liste.

8 commentaires sur “Le racisme, est-ce vraiment fini ?

  1. Merci pour ton petit mot. C’était bien le but de l’article : essayer d’éveiller un peu les consciences, car je pense que grand nombre ne se rendent pas compte de ce qu’il se passe vraiment 😦 bises, Erika

    J'aime

  2. Superbe article et très intéressant 🙂
    Merci d’apporter ton expérience car c’est toujours ainsi que les gens se rendent (un peu) compte de l’état et de la présence du racisme en France et dans le monde. Force et courage à toi 🙂

    J'aime

  3. Coucou, je te remercie pour ton message. Je suis assez d’accord avec ce que tu écris…. Il faut garder espoir que peut-être un jour, la tendance changera positivement… Bises, Erika

    J'aime

  4. Coucou, je te remercie pour ton message. Oui, je faisais le focus sur le racisme Noir/Blanc, car personnellement, c’est ce que j’ai vécu. Mais je n’exclus pas toutes ces (malheureuses) autres formes de racismes qui peut exister. Ce que tu as vécu est particulièrement éprouvant, c’est terrible de lire des choses pareilles. J’espère que tu as réussi à avancer depuis tout ça, je t’envoie toutes mes bonnes ondes. Bises, Erika

    J'aime

  5. Coucou à un moment donné on subit tous les racisme, français y compris 😦 je t’explique mon cas, j’ai été victime de strangulation il y a plusieurs années par des maghrébines je ne sais pas pourquoi(apparemment droguées) et si un homme ne les avait pas interpellées en leur parlant dans leur langage, je ne serais pas vivante; je remercie chaque jour dans ma tête ce messieur, sinon je ne serais pas là pour en parler 😦

    J'aime

  6. Le racisme a toujours existé, ce qui se passe aux Etats-Unis se passe aussi en France mais les médias étouffent l’affaire pour ne pas gêner parce qu’on a encore les DOM TOM comme alliés et colonies mais ils ne se gênent pas si il y a des manifestations et des marches pacifistes et insister sur la peur.
    Les réseaux sociaux et les médias permettent aux gens de s’exprimer, d’exprimer leur haine envers l’autre parce qu’on se sent plus fort derrière un écran et exprimer son opinion politique et raciste.
    Contrairement à chez nous, aux USA ils font des marches pacifistes et se sont entendre, on a entendu personne en France quand les policiers et les CRS frappaient des manifestants contre les violences faites aux femmes, aux gilets jaunes et aux personnels soignants. le point commun entre chez nous et les USA, c’est la justice elle est toujours du mauvais côté quand on a besoin de se défendre honnêtement

    Aimé par 1 personne

  7. Coucou, je te remercie beaucoup pour ton commentaire ! Oui, je pense qu’après un passage dans les îles, la différence avec la métropole est malheureusement encore plus flagrante… Comme tu dis, il ne faut pas en faire une généralité , et la situation en France est bien mieux que celle des US, fort heureusement 🙂 Bises, Erika

    Aimé par 1 personne

  8. Coucou! Ton article m’a beaucoup touché car ton expérience est assez similaire à la mienne, je suis noire et métropolitaine mais je vis actuellement à Mayotte. Avant de vivre dans les îles où le vivre ensemble est de rigueur je n’étais pas réellement consciente du racisme ambiant en métropole, certaines remarques me gênaient juste (évidemment et heureusement tout le monde n’est pas comme ça 😉) mais aujourd’hui quand je rentre je me rend bien compte de la différence et ça devient assez fatiguant de gérer les remarques ect… Heureusement que notre situation est bien meilleure en France qu’aux USA et que les mentalités évoluent!

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s